Fabrication d'un Soutien Gorge

La création du soutien-gorge

La création du soutien-gorge demande des mois de réflexion, de beaucoup de créativité, des recherches et des tests sont nécessaires, ainsi qu’une fabrication « couture » aussi précise dans le détail que peut l’être la fabrication d’une montre. Lorsqu’un bon soutien-gorge vous est présenté en magasin, il y a derrière lui pratiquement une année complète de travail, un travail de spécialiste, qui mérite que l’on s’y attarde point par point.

Pour être certaine d’avoir acheté le bon soutien-gorge, vous devez passer la journée sans sentir aucune gêne. Sachez que pour fabriquer un bon soutien-gorge, il ne faut pas moins de 45 pièces de tissus, dentelles.

Pour la coupe, trois opérations distinctes : Le traçage ; on dessine sur une feuille les patrons des morceaux destinés à être coupés. Le Matelassage ; on empile une soixantaine de couches de tissus afin de pouvoir couper en série. Le découpage ; se pratique aujourd’hui au laser sur des machines commandées par des programmes informatiques pour découper un maximum de pièces afin d’éviter les pertes.

La confection : Des dizaines d’opérations sur des machines à coudre spécialisés (piqueuses à une ou deux aiguilles, surjeteuses, machines zigzag, recouvreuses….). Il faut d’abord confectionner les bonnets, les assembler, puis mettre les dos, les pièces de l’armature, les épaulettes, les bordures élastiques, les dentelles, les agrafages.